Malaisie et Singapour - Partie 1

On était venu en Malaisie en vacances il y a quelques années. Nous n'avions alors pas visité la partie continentale mais l’île de Bornéo. Ce séjour nous avait bien plu et c'est donc avec enthousiasme que nous entrons dans le pays par le poste frontière de Padang Besar. Nous rejoindrons notre première étape en train sans le moindre Ringgit (monnaie malaisienne) en poche. Impossible de trouver un distributeur ou un bureau de change à la frontière! Heureusement qu'on peut quand même acheter le billet de train avec les bahts thaïlandais restant.

Gare d'Ipoh

Le programme:


Nous sommes arrivés le 14 août au nord ouest de la Malaisie avant d'en repartir le 23 septembre par avion depuis la capitale. Au milieu de tout ça on aura également rajouté le tampon de Singapour sur notre passeport.
  • Georgetown et l’île de Penang: du 14 au 19 août 2017.
  • Ipoh: du 19 au 24 août 2017.
  • Cameron Highlands: du 24 au 27 août 2017.
  • Taman Negara: du 27 au 30 août 2017.
  • Kuantan: du 30 août au 4 septembre 2017.
  • L’île de Tioman: du 5 au 9 septembre 2017.
  • Singapour: du 9 au 13 septembre 2017.
  • Melaka: du 13 au 17 septembre 2017.
  • Kuala Lumpur: du 17 au 23 septembre 2017.
Sur une carte ça donne ça:

Notre itinéraire malaisien

Petit résumé étape par étape:


  • Georgetown/Penang: 
Le train nous dépose à Butterworth, en face de l’île de Penang et de la ville de Georgetown où nous prévoyons de passer les prochains jours. Mais avant de pouvoir traverser avec le ferry il nous faut retirer de l'argent. On finit par trouver un distributeur après avoir traversé de nombreuses routes. Nos ringgits en poche c'est après quelques minutes de bateau et un peu de marche à pied que nous posons nos sacs dans notre chambre d’hôtel. On est bien situé, dans la vieille ville plutôt charmante avec les shop houses, ces maisons collées les unes aux autres dont l’entrée est située en retrait sous une arcade. Cela donne de très jolies rues. La vieille ville de Georgetown est d'ailleurs classée au patrimoine mondial de l'UNESCO.

Shop Houses

Sous les arcades

La ville est touristique, on est surpris de revoir tant de touristes (occidentaux et asiatiques) après nos deux dernières étapes thaïlandaises où c'était très calme de ce côté là. On se promène un peu au hasard des rues. En plus de son architecture on trouve également de nombreuses œuvres de street art un peu partout. Peintures mais aussi intégrations d’éléments donnant du relief, c'est très réussi.

Le gars avec le t-shirt rouge ne fait pas partie de l’œuvre

Street art de Georgetown

En plus de nos balades à la découverte des bâtiments de Georgetown nous voulons voir un peu autre chose de l’île de Penang. Pour cela direction le parc national de l’île (Taman Negara Pulau Pinang), facilement accessible en bus de ville. On choisit de faire la randonnée jusqu’à la plage des tortues (Turtle beach), apparemment plus calme que l'autre parcours menant à la plage des singes (Monkey Beach). Après s’être enregistré sur le registre des visiteurs à l’entrée on se retrouve rapidement sur le sentier dans la jungle et ses bruits caractéristiques. On aime bien et cela nous rappelle nos vacances à Bornéo. On aperçoit quelques singes haut dans la canopée, un serpent qui traverse devant nous et une sorte de gros papillon qui attaque une non moins grosse araignée! On arrive ensuite sur une jolie plage avec pas mal d'ombre pour se poser, c'est agréable. Au bout de celle-ci se trouve un centre pour la sauvegarde des tortues où on peut observer des petits mais aussi des individus plus gros mais ayant eu quelques accidents de la vie: carapaces abîmées, patte estropiée... Dommage qu'il n'y ait pas d'explication ni personne à qui demander plus de renseignements.

Turtle beach

Après cette belle journée dans la nature on choisit de visiter dès le lendemain un grand temple bouddhiste, Kek Lok Si. Du coup, même si on est passé dans un pays musulman on a droit à une nouvelle dose de Bouddha!

Kek Lok Si

Le temple est très grand et se construit encore grâce aux dons des fidèles. En plus on a plusieurs points de vue sympa sur la ville au loin.

Kek Lok Si

Sans aucun doute une visite à faire lors d'un passage à Georgetown. Il y a de quoi y passer pas mal de temps entre explorer les recoins, grimper dans la pagode, aller admirer une statue géante un peu plus haut où observer des tortues dans un bassin.

Kek Lok Si

On finit le séjour avec de nouveau des promenades dans Georgetown. On va voir les jetées, quartier de maisons sur pilotis. On continue ensuite vers le quartier colonial et ses imposants bâtiments qui abritent maintenant des banques et autres institutions avant de finir par la rue Armenian de nuit, très jolie avec les lampions allumés.

Georgetown
Rue Armenian


  • Ipoh:
On continue nos voyages en train pour rejoindre Ipoh, notre prochaine étape. Malgré un retard d'1 heure au départ le voyage est confortable avec même un en-cas compris dans le prix du billet. Et l'avantage du train c'est qu'on arrive en centre-ville dans la très belle gare d'Ipoh. La ville est très étendue mais la zone qui se visite est par contre assez compacte. En face de la gare on trouve d'autres beaux bâtiments comme celui de la mairie. Derrière cet espace aéré on trouve la vieille ville. On retrouve des shop houses comme à Georgetown. Et comme a Georgetown il y a quelques œuvres de street art. Si c'est calme en semaine on voit bien le changement le week-end avec une arrivée massive de touristes nationaux. La rue touristique, Concubine Lane, est bondée le week-end. On piétine et au final on ne voit rien. Par contre quand on y passe en semaine nous sommes presque seuls, c'est bien plus agréable.

Street Art à Ipoh

C'est assez rare que l'on se pose pour boire un coup. Mais il existe un type de café originaire d'Ipoh, le White Coffee. On teste ça et on aime bien beaucoup. Ça ressemble un peu a un cappuccino et ça se boit chaud ou glacé. L'occasion de découvrir une chaîne, Old Town White Coffee, qu'on retrouve un peu partout en Malaisie et qui deviendra un peu notre QG pour la suite du voyage.

On a repèré plusieurs choses qu'on aimerait voir dans les environs d'Ipoh. Mais les accès ne semblent pas forcement facile en transport en commun. On décide donc de louer une voiture pour 2 jours. Ce n'est pas très cher et on devrait gagner pas mal en confort. Première étape: la ville royale de Kuala Kangsar où réside le Sultan du Perak, l’état dans lequel nous sommes et dont la plus grande ville est Ipoh. On commence par la galerie Sultan Azlan Shah située dans l'ancien palais du sultan. Pour un droit d’entrée modeste on peut observer plusieurs objets appartenant au Sultan et sa famille. Malheureusement les photos sont interdites à l’intérieur mais je retiendrai quelques voitures: Rolls-Royce Camargue, Corniche III et Silver Spur Touring Limousine, cette dernière étant celle utilisée par le sultan lorsqu'il était roi de Malaisie.

Galerie Sultan Azlan Shah

Deuxième arrêt une belle mosquée au dôme et minarets dorés. Lorsqu'on arrive c'est l'heure de la prière, on attend donc que celle-ci finisse pour la visiter. Pour cela on nous prête de quoi nous recouvrir et nous faire ressembler à des Jedi! Si la mosquée est plus sympa de l’extérieur que de l’intérieur les gens sont très gentils et plusieurs viennent nous demander d’où nous venons.

Le retour des Jedi

On finit notre visite par le nouveau palais, Istana Iskandariah. Quel changement par rapport a l'ancien, ici le sultan a vu grand! Mais on doit s'en contenter de l’extérieur et vu la taille du parc l'entourant on ne voit pas grand chose. Cette démesure nous fait penser à Brunei.

Istana Iskandariah

Deuxième point d’intérêt que l'on atteint en voiture, cette fois au sud d'Ipoh: la grotte Gua Tempurung. On garde un excellent souvenir de nos explorations des immenses grottes du Sarawak sur l’île de Bornéo mais cette fois on est un peu déçu! La visite se fait rapidement et rapporté au prix de l’entrée ça commence à faire cher la minute. A faire si vous n'avez pas visité de grande grotte auparavant sinon c'est dispensable à notre avis.

Gua Tempurung

Ensuite nous faisons un arrêt au temple Sam Poh Tong. A l’entrée on trouve un bassin assez joli et une entrée dans la montagne. Celle-ci nous conduit dans une grotte aménagée et on ressort sur un espace entouré de falaises avec un bâtiment sur les côtés. C'est surprenant, on ne s'attendait pas à découvrir cela! 

Sam Poh Tong

En plus le Sam Poh Tong n'est pas tout seul. Il y a 2 autres temples qui le côtoient: Nam Thean Tong et Ling Sen Tong. Ce dernier est plutôt sympa avec de nombreuses sculptures colorées et ces jeux. Si vous avez des pièces à jeter pour faire un vœu allez là-bas, il y a de quoi s'amuser!

Ling Sen Tong

On termine cette exploration des alentours de la ville avec un arrêt au temple Kek Lok Tong. Plus touristique il est sans doute à éviter le week-end vu la taille du parking! Dans une grande grotte aménagée on trouve plusieurs autels avant de déboucher de l'autre cote sur un joli lac autour duquel on peut se promener. Ça serait parfait si on ne voyait ni n'entendait pas la grosse carrière en face...

Kek Lok Tong


  • Cameron Highlands:
Au départ on ne pensait pas aller à Cameron Highlands. Mais on a le temps et ça ne fait pas faire de gros détour avec ce qu'on a prévu pour la suite. Situé en altitude l'endroit est connu comme étant la plus grosse station de montagne du pays. Et notre but est sans doute un peu le même que celui des malaisiens: aller prendre le frais et voir les plantations de thé. Mais avant notre arrivée à Tanah Rata où nous logeons on remarque surtout les champs de serres et les multiples publicités pour les fraises, apparemment l'autre produit star du coin avec le thé.

Une fois débarqué on remarque qu'il fait plus frais effectivement, on ressort un pull pour le soir. Pour le lendemain on prévoit de se promener en utilisant l'un des chemins de randonnées proposé au départ du village. On choisit le trail numéro 10 et nous n'en retiendrons pas grand chose. Même la vue d'en haut n'est pas extraordinaire. Heureusement notre deuxième balade sera plus sympa. Nous allons voir une plantation de thé.

Cameron Highlands

C'est très graphique mais ça n'occupe pas non plus des heures. En plus pour y accéder le réseau de transport en commun est pour ainsi dire inexistant. On a choisit la marche mais on est au bord de le route ce n'est donc pas agréable. On est content d'avoir vu les plantations mais avec un timing serré on ne conseillera pas l’étape.

  • Taman Negara:
On avait beaucoup aimé nos balades dans la jungle à Borneo, particulièrement dans le parc de Bako. Donc quand on sait que Taman Negara (littéralement parc national) est le plus grand parc national de Malaisie et que c'est sensé être une des plus anciennes forêts du monde on n’hésite pas longtemps à l'inclure dans notre itinéraire.

La porte d’entrée la plus pratique pour le parc est le petit village de Kuala Tahan. On peut y accéder par la route mais au départ de Cameron Highlands on trouve principalement des packages bus + bateau. Après quelques heures de bus on aura donc droit à 2 heures sur l'eau dans des sortes de pirogues. Sympa pour se mettre dans l'ambiance. On débarque au niveau des restaurants flottants de Kuala Tahan, un des rares endroits pour se restaurer ici.

Kuala Tahan
Pour accéder au parc il faut prendre un petit bateau et traverser la rivière. 30 secondes et 1 ringgit plus tard on est dans la parc où personne ne vérifie nos tickets d’entrées. Beaucoup de visiteurs semblent prendre les services d'un guide. On préfère s'en passer et on prend la direction opposée à la canopée (l'attraction phare) en espérant éviter au maximum la foule. De ce point de vue la c'est réussi mais on a d'autres compagnons de marche: des sangsues! Florine n'aime pas du tout et on entend bien son cri quand elle voit du sang sur sa chaussette. Heureusement ce n'est pas douloureux et on atteint un abri pour observer les animaux. On y restera un long moment à écouter les bruits de la jungle mais avec peu de succès pour la faune: des écureuils et quelques beaux oiseaux. Les tigres doivent être bien plus loin dans la forêt.

Arbre de la jungle

Le lendemain on veut monter sur la canopée. Malheureusement elle ouvre assez tard (9h30), on va donc avoir du mal à éviter le monde. On part tout de même tôt pour une randonnée jusqu’à un point de vue. Une fois en haut on est seul, il y a de la brume et une colonie de gibbons passe au dessus de nous. Un beau moment qui ne dure pas. On entend des cris au loin. Un groupe de personnes se rapproche en faisant un vacarme assourdissant. Et en plus c'est un groupe accompagné d'un guide... On avait lu qu'il n’était pas facile de voir des animaux ici mais avec de tels comportements on comprend pourquoi. On redescend donc vers la canopée, un réseau de passerelle pour voir la cime des arbres.

Sur la canopée de Taman Negara

Ce n'est pas la meilleure expérience de la canopée que nous ayons eu, nous avions préféré celle dans le parc d'Ulu Temburong à Brunei. Ici on ne domine jamais la forêt et on est un peu à la queue leu-leu avec les autres visiteurs. D'ailleurs je pense que certains se sont trompés de destination et auraient du aller dans un parc d'attraction...

Pour notre dernière soirée on tente d'aller en forêt de nuit. On part à la tombée de la nuit pour ne pas y être en même temps que les sorties guidées. Malheureusement la pluie fait son apparition en même temps que l’obscurité ce qui nous empêche d'entendre les bruits de la jungle la nuit. Dommage. Mais c'est ce qu'on retiendra de ce parc: dès que l'on s’éloigne un tout petit peu on est rapidement seul et on ressent vraiment cette ambiance si particulière de la jungle.



La suite du voyage en Malaisie bientôt...






Thaïlande, la vidéo

Thaïlande

La Thaïlande n'avait jamais été sur nos plans, aucun de nous deux n’étant attiré par le pays. Mais après prés de 8 mois sur les routes une envie de farniente a commencé à nous titiller. On a donc regarder le climat à différents endroits et les prix des billets d'avions depuis la Japon. Et c'est la Thaïlande qui est ressortie: pas la haute saison touristique mais climat acceptable autour du golf de Thaïlande, présence de plages et budget raisonnable. Notre partie asiatique du tour de monde ayant totalement changé par rapport à notre idée de départ cette arrivée en Thaïlande va également impacter la suite du voyage.

Temple, mer et formations karstiques: un bon résumé de la Thaïlande

Le programme:


Nous sommes arrivés le 21 juillet au soir par avion et sommes repartis le 14 août 2017 par voie terrestre. Voici nos différentes étapes:
  • Koh Samet (ou Ko Samed): Du 22 au 28 juillet 2017.
  • Bangkok: du 28 juillet au 3 août 2017.
  • Prachuap Khiri Khan: du 3 au 8 août 2017.
  • Surat Thani: 1 nuit de transit 8/9 août 2017.
  • Songkhla: du 9 au 14 août 2017. 
Si on place les points sur une carte voila ce que ça donne.

Notre itinéraire thaïlandais


Petit résumé étape par étape:


Pour des raisons d'un retard trop important sur le blog nous ne réaliserons plus d'articles pour chaque étape mais seulement un par pays. L'une des explications à ce changement de rythme arrive dès la première étape thaïlandaise.


  • Koh Samet
On voulait farniente au bord d'une plage. Notre première étape est donc l’île de Koh Samet, facilement accessible depuis Bangkok où nous avons atterri il y a quelques heures. Pour nos 3 premiers jours sur place on s'est fait plaisir en choisissant un hôtel pas trop mal et avec un copieux buffet petit-déjeuner. Il se trouve sur la plage de Vongdeuan (Ao Vongdeuan), pas trop mal pour se baigner et avec plusieurs hôtels et restaurants ce qui permet de ne pas se sentir prisonnier.
Il n'y a pas grand chose à faire ce qui nous permet d'alterner entre baignade et rédaction du blog pour essayer de rattraper notre retard. On décide donc rapidement de prolonger de 3 autres jours notre séjour sur l’île en réservant une chambre dans un hôtel beaucoup moins cher mais toujours sur la même plage. C'est bien sur peu de temps après que notre ordinateur décide de décéder... Il ne nous reste donc plus que la baignade, autant dire qu'on commence rapidement à s'ennuyer.

Dîner sur la plage

On loue un scooter une journée pour parcourir l’île ce qui nous permet de voir d'autres endroits sympa mais on n'est quand même pas subjugué par les lieux sans doute pas aidé par le temps maussade. Car dès que le soleil pointe le bout de ses rayons l'eau prend une couleur turquoise sympathique et rend tout de suite le paysage plus attrayant. Mais ce n'est pas mécontent que l'on retourne sur le continent.

Une plage de Koh Samet

Koh Samet


  • Bangkok: 
Suite à la panne de notre ordinateur on va passer pas mal de temps à essayer de la faire réparer. Il s’avère que le problème est plus sérieux que ce qu'on avait pronostiqué. On doit donc se résoudre à acheter un nouvel ordinateur. Alors qu'on pensait rattraper notre retard sur le blog voila qu'on en a encore plus... On décide donc d’arrêter de faire un article par étape et de faire seulement un résumé par pays. De toute façon la tenue du blog commençait vraiment à nous peser.

On réussit quand même à visiter les grands classiques de la capitale thaïlandaise. On commence par le Wat Saket, également connu comme temple de la montagne d'or. Situé au sommet d'une colline artificielle il permet de profiter d'une jolie vue sur la ville. Une belle visite.

Wat Saket

Wat Saket

On visite également le palais royal, sans doute un des seuls endroit de Thaïlande que je voulais visiter avant de venir. Pour y aller on utilise le bateau bus. C'est bondé mais pas cher et ça permet de voir Bangkok depuis le Chao Praya, le fleuve qui traverse Bangkok.

Balade sur le Chao Praya

Quand on arrive devant l’entrée du palais on voit rapidement que nous ne sommes pas les seuls à avoir prévu la visite! C'est noir de monde. Heureusement nous avons les jambes et épaules recouvertes ce qui évite de devoir trouver de quoi se couvrir, obligatoire pour pénétrer dans l'enceinte.

Un bout du palais royal

A l’intérieur du palais royal

Les lieux sont impressionnants avec une ornementation très riche. Mais la foule est vraiment très dense ce qui gâche un peu la découverte. Pendant notre visite et en sortant on remarque également une file impressionnante de thaïlandais vêtus de noir. Le roi Rama IX est décédé il y a moins d'un an est le deuil s'observe toujours. On est d'ailleurs un peu gêné par se véritable culte qui entoure le roi avec des portraits absolument partout. Mais on s'abstient de tout commentaire déplacé, le crime de lèse-majesté est en vigueur en Thaïlande...

A côté se trouve le Wat Pho, un temple souvent mentionné dans les conseils de visite. Effectivement il est vaste et intéressant, on peut passer un bon moment à l'explorer. En plus venant du palais royal on a presque l'impression d’être seul! Il n'y a que vers le grand Bouddha couché qu'il y a pas mal de monde.

Wat Pho
Le grand Bouddha couché

Wat Pho

En plus de ces lieux hautement touristique on remarque aussi que les centres commerciaux sont omniprésent et sont souvent cités dans les blogs voyages comme idée de visite! Euh, pas convaincu pour le coup, à moins de vouloir profiter quelques instants de la fraîcheur de la climatisation.

On s’échappe une journée de la capitale actuelle pour rejoindre Ayutthaya, ancienne capitale du royaume de Siam. Bien que détruite par l’armée birmane en 1767 on peut encore y admirer de nombreuses ruines de temples. Elles sont relativement concentrées et on choisit de louer un vélo en descendant du train pour visiter et si c’était a refaire on referait la même chose. A pied les distances sont quand même importantes.

Ayutthaya

 Wat Phra Mahathat
La célèbre tête de Bouddha emprisonnée dans les racines

On passe une bonne journée à parcourir plusieurs sites. Une belle escapade facilement faisable depuis Bangkok. Il y a tout de même un point noir à Ayutthaya: les promenades à dos d’éléphant. Quand on sait ce qu'endurent ces animaux pour être "dressés" on n'a qu'une envie lorsqu'on voit des touristes assis sur leur dos: les tuer dans d’atroces souffrances leur expliquer qu'ils encouragent des pratiques inhumaines en faisant ces excursions.


  • Prachuap Khiri Khan: 
Pour la suite de notre voyage on met le cap vers le sud. Le but est de rejoindre la Malaisie en utilisant si possible uniquement le train. Notre premier stop est Prachuap Khiri Khan, une petit ville du bord de mer. Nous sommes à quelques kilomètres seulement de la Birmanie, le territoire thaïlandais étant très étroit à cet endroit.

On est arrivé de nuit sur place et ce n'est que le matin qu'on peut observer la superbe baie avec ses formations karstiques.

Prachuap Khiri Khan

Au programme de nos quelques jours tranquille ici le Khao Chong Krajok, une colline au sommet de laquelle trône un temple. Située au bout de la plage, la vue au sommet est superbe. Mais pour y parvenir il faut affronter quelques marches et surtout de très nombreux macaques. D'ailleurs de nombreux locaux y montent munis d'un bâton. Il faut éviter de monter avec de la nourriture et les garder à l’œil et ça devrait bien se passer.

Khao Chong Krajok, le territoire des macaques

La ville possède quelques autres lieux qui méritent un petit coup d’œil comme quelques temples et une rue très mignonne (Sue Suk, photo ci-dessous).  Autre chose très sympathique, le marché qui se tient les vendredi et samedi soir sur l'avenue du bord de mer, vers la jetée. On y trouve plein de stands vendant de la nourriture, il faudrait bien plus de 2 soirs pour tester tout ce qui nous fait envie. Les visiteurs sont essentiellement des thaïlandais en week-end et l'ambiance est agréable.

Jolie rue de Prachuap Khiri Khan

Enfin on loue un vélo pour rejoindre la plage Ao Manao. Particularité pour la rejoindre il faut rentrer sur une base militaire, Wing 5. On inscrit son nom sur un registre à l’entrée et c'est parti. Avant d'aller sur la plage je veux monter au Khao Lommuak qui à mon avis doit permettre d'avoir une très belle vue sur la baie de Prachuap Khiri Khan mais aussi sur celle d'Ao Manao. Petit contretemps, pour accéder au départ on pénètre sur une zone de la base où il faut laisser son passeport au poste de garde. On ne l'a pas avec nous on est donc quitte pour un aller-retour jusqu’à l’hôtel. Une fois de retour on a la mauvaise surprise d'apprendre que la montée est accessible seulement à certaine date. Heureusement il y a des singes langurs, bien plus sympathique que les macaques mais aussi bien plus craintif. On peut quand mème en observer car des gens leur donnent à manger quand nous arrivons.

Singe langur

En plus des mignons primates on regarde les vieux avions exposés et des fresques rappelant la bataille contre les Japonais en 1941. C'est en effet ici que les Japonais débarquèrent en espérant utiliser les bases thaïlandaise pour attaquer les possessions britannique en Malaisie et Birmanie.

Fresque militaire et la montagne qu'on voulait gravir

On finit la journée sur le plage d'Ao Manao assis sur un transat à siroter une boisson fraîche. De quoi terminer une agréable halte dans cette petite ville épargnée par le tourisme de masse.

Plage dans la base militaire Wing 5


  • Surat Thani: 
On choisit de s’arrêter ici pour couper notre descente en train. On avait lu que les sollicitations et les arnaques étaient nombreuses car c'est un des points de passage principal pour relier certaines îles très touristiques comme Koh Samui. Effectivement on n'est pas encore descendu du train qu'on essaye de nous vendre des transports. A part ça le peu que l'on en a vu ne nous a pas donné envie de nous y arrêter plus longtemps.


  • Songkhla: 
Pour la dernière étape en Thaïlande on pose nos sacs à Songkhla. Cette partie au sud du pays accueille la minorité musulmane du pays et on remarque effectivement un changement dans les tenues. Il y a d'ailleurs des tensions régulière entre l’armée et des groupes de résistance armées, le ministère des affaires étrangères classant même la zone comme formellement déconseillée. Bon on n'avait pas vu ça avant d'y aller et heureusement car c'est ici que nous avons trouvé les gens les plus sympathiques de tout notre séjour en Thaïlande. On ne compte plus le nombre de fois où l'on nous a dit bonjour avec un grand sourire. Il faut dire que les blancs-becs sont rares, nous n'en avons croisé que 5/6 pendant 5 jours.

Le programme des visites est léger, on se laisse porter par l'ambiance de la ville qui nous plaît bien. L'un des premiers endroit que l'on voit est la plage Chalathat, une longue plage de sable avec une promenade tout le long. C'est vraiment sympa et totalement désert en ce jour de semaine. L'autre plage est celle de Samila, dans la continuité de celle de Chalathat. Plus connue mais moins sympa à notre avis même si l'eau y est très belle. 

Plage de Samila

C'est entre les plages de Chalathat et de Samila que se trouve une statue de sirène, sans doute l'endroit le plus photographié de Songkhla.

La sirène de Songkhla

L'autre statue star est celle d'un serpent, séparé en trois partie: la queue, le corps et la tête. Il y a 3 kilomètres entre la queue et la tête!

Songkhla

On se promène également dans la vieille ville en suivant le parcours qui permet d'observer plusieurs œuvres de street art et d'anciennes maisons. Ça pourrait être sympa mais la balade n'est pas très agréable. Il n' y a pas de trottoir et trop de circulation ce qui fait qu'on essaye plus de ne pas se faire écraser que de regarder ce qui nous entoure.

Street Art à Songkhla

Enfin on grimpe sur le Khao Tangkuan avec en haut la pagode royale et une belle vue sur la ville. D'en haut on voit bien que Songkhla est bordée de la mer et d'un grand lac. Au milieu de la montée se trouve le pavillon royal où squattent quelques macaques.

La pagode royale au Khao Tangkuan

On voulait également aller faire un tour sur l’île de Koh Yo qui se trouve sur le lac. Malheureusement la ville est peu touristique et il n'y a pas des loueurs de scooters bien visible. On finit par en repérer un mais lorsqu'on veut le louer pour notre dernière journée le commerce est fermé... On profite donc une dernière fois de la street food thaïlandaise avant de continuer vers la Malaisie.


Quelques chiffres:


  • 24 jours sur place
  • 478,7 € dépensé par personne soit 19,95 € par jour et par personne. On ne compte pas le rachat de l'ordinateur bien sur qui fausserait totalement le bilan.
  • La monnaie est le baht. 1 € = 39,15 bahts pendant notre séjour. 


Nos impressions:


Soyons honnête, ce n'est pas le coup de cœur. On y est allé sans vraiment en avoir envie et c'est peut-être pourquoi on n'a pas vraiment réussi à s'investir dans la préparation de notre programme sur place. On retiendra quand même plusieurs point positifs comme le retour des fruits (quel bonheur après le Japon), une nourriture variée et généralement bonne. On note également le bon rapport qualité/prix des hébergements. Au niveau humain on trouve que l'expression pays de sourire que l'on entend très régulièrement est un peu galvaudée sauf à Songkhla notre dernière étape.
Pour les points négatifs la présence fréquente de cacahuètes dans les plats est problématique lorsqu'on est allergique comme Florine. Et puis on n'a pas été enthousiasmé par les choix de visites, la partie sud du pays étant très axé sur le balnéaire.










[Japon] - Le bilan

Il y a longtemps que je souhaitais venir au Japon et je n'ai pas été déçu. Florine qui n'avait jamais songé à y aller a également adoré. Une chose est sûre, on reviendra!


Quelques chiffres:

Le Japon c'est:
  • 46 jours sur place (du 6 juin au 21 juillet).
  • 1 première expérience de volontariat peu concluante.
  • 8 étapes soit près de 6 jours pour chacune.

 Et l'argent dans tout ça?

Indice Budget: 5/10

(De 0: le compte se vide à vitesse grand V à 10: on ne dépense rien du tout)
  • 1533,85€ par personne. Tout est inclus: frais bancaire, achats de souvenirs et envoie d'un colis vers la France... Par contre nous n'avons pas intégré les billets d'avions pour arriver et repartir du pays. Ce qui nous fait 33,3 € par jour et par personne. 
On s'attendait a dépenser plus. Même si on enlève la semaine de volontariat on reste bien sous les 40€. Au final le logement et les transports sont chers, particulièrement si on choisit l’hôtel pour dormir et le Shinkansen pour changer de ville. Par contre on peut manger pour relativement peu cher.

Indice gastronomie: 9/10

(De 0: on ne mange rien c'est immonde à 10: c'est l'orgie, tout est bon, on passerait sa vie à manger)

La nourriture est bonne et variée (il n'y a pas que les sushis!). Le seul manque est la relative absence de fruit, ou tout du moins le prix souvent très élevé de ceux-ci.

Indice sécurité: 10/10

(De 0: c'est un coupe gorge partout à 10: on laisse ses affaires sans surveillance)

Pas d'autre note possible que 10. Au point qu'il faut faire attention en quittant le pays, on perd l'habitude d’être méfiant.

Indice baroudeur: 1/10

(De 0: aucune difficulté pour voyager à 10: c'est la galère, communication impossible...)

C'est très facile même si il faut un peu apprivoiser les transports en commun. Et si vous ne parlez pas anglais, eux non plus, ce qui n’empêche pas que les gens feront tout pour vous aider.

Indice tourista: 9/10

(De 0: les vacances c'est sur les toilettes à 10: le transit est fantastique)

RAS.

Indice "Éclatage de la Rétine": 5/10

(De 0: c'est ultra moche à 10: on n'a pas de mots tellement c'est beau)

Peu de nature dans notre parcours et les villes ne sont pas vraiment belles. Mais pourtant on en prend plein les yeux avec ces ambiances inimitable.


Top 3 de Florine

  1. La ponctualité des transports
  2. Kyoto
  3. Miyajima

Top 3 de Florian

  1. Tokyo
  2. La nourriture
  3. Kobe

Un dernier Conseil?

Vous ne trouvez pas de poubelles? C'est normal, il y en a extrêmement peu et pourtant les rues sont très propres. Et en plus les japonais aiment bien le suremballage! Bref ayez de quoi gardez vos déchets pendant de longs moments avant de pouvoir vous en débarrassez.

Les japonais aiment le français...mais ne le maîtrisent pas forcement